Accueil du site >Histoire du Québec >Figures marquantes de notre histoire

Figures marquantes de notre histoire

JPEG - 41.3 ko

Au moment où les grands personnages de l’histoire du Québec sont évacués des programmes d’enseignement et de recherche dans notre réseau d’éducation, la Fondation Lionel-Groulx entend faire redécouvrir aux Québécoises et aux Québécois les figures marquantes de notre histoire, ces femmes et ces hommes qui ont apporté une contribution vraiment significative au développement de notre nation et cela, depuis l’arrivée des premiers colons français en terre d’Amérique jusqu’à aujourd’hui, pour chacun des grands secteurs d’activité humaine (arts et culture, sciences et technologie, politique, affaires, éducation, affaires sociales, religion, justice, communications, sports et loisirs) et pour chacune des principales périodes historiques :

  • au temps de la Nouvelle-France (1534-1763)
  • de la Conquête à la Confédération (1763-1867)
  • de la Confédération à la Révolution tranquille (1867-1960)
  • de la Révolution tranquille à nos jours… (1960-2015)

Pour ce faire, la Fondation a élaboré trois grands projets que nous vous invitons à découvrir :

- de concert avec BAnQ, MAtv et Québecor, une série de 10 grandes rencontres à la Grande Bibliothèque intitulée Figures marquantes de notre histoire

- de concert avec Québecor, le projet 100 figures marquantes de notre histoire

- avec l’aval et le soutien de la Société de transport de Montréal et la Société historique de Montréal, le projet Le métro, véhicule de notre histoire


Québecor Fondation Lionel-Groulx

« Maître chez soi ! Grand mot qu’on ose enfin prononcer. Encore faut-il bien se rendre compte de ce qu’il sous-entend. [...] Ce serait, si je ne me trompe, être maître de sa politique, j’entends de son gouvernement, de son parlement, de sa législation, de ses relations avec l’étranger, ne pas subir, en ce domaine, de tutelle indue ; cela veut dire encore, être maître, dans la mesure du possible, à l’heure contemporaine, de sa vie économique et sociale, exploiter pour soi et non pour les autres, ses ressources naturelles, toutes ses ressources naturelles, posséder les moyens de financer son administration, ses institutions d’enseignement, de bien-être social ; ces moyens, ne pas être obligé d’aller les mendier chez qui que ce soit. Cela veut dire aussi, pour une nation trop longtemps colonisée, un ressourcement aux fontaines vives de sa culture... »
Lionel Groulx, 7 juin 1964.
SPIP | | Plan du site | Crédits | Suivre la vie du site RSS 2.0